jeudi, mai 25, 2006

Dead Children 2

Des nouvelles des enfants morts
Hé bien voilà, j'ai reçu deux nouveaux refus de publication. À date Drawn & Quarterly, Top Shelf et Conundrum Press ont tous refusés mon Book of Dead Children.
Contrairement à ce que certains m'ont mentionnés (DUB, pour ne pas le nommer), je ne crois pas que ce soit seulement le nom qui soit en cause. Bien entendu, un livre intitulé "Livre des Enfants Morts" peut sembler choquant... mais choquant, de nos jours, rime souvent avec marketing. Plus c'est choquant, plus ça attire l'attention des consommateurs, des médias, etc. C'est pas pour ça que j'ai choisi ce titre, cependant, je trouvais juste que de ne pas l'appeler ainsi serait un peu mentir au lecteur!
En fait, ce que les éditeurs m'ont dit c'est qu'ils trouvent le projet complet, cool, (Citation: "...your design, writing, and art are all fabulous..."), mais ce sont toutes des maisons d'édition de "cartoons", de bandes dessinées. Ils ont tous mentionnés ne pas éditer de livres pour enfant ou de livre de poésie.
Bon, moi je trouve pas que c'est un livre pour enfants, mais c'est un livre de poésie (ou de rimettes, mettons) illustré pour jeunes adultes consentants. Alors si jamais quelqu'un a une idée par rapport à une maison d'édition qui oserait publier un truc aussi bizarre, faites-moi signe. Merci.

Voilà un autre petit poème, juste pour me remonter le moral!

Headless Jess

All say Intelligence
was her main quality;
Jess knew 'bout everything
and would always study.
For her, math and science
always seemed too easy,
she was three, or something,
when passed her SAT.

She had a memory
that was unlimited;
She forgot neither word
nor number she had read
and, most annoyingly,
neither single word said.
She was a major nerd
that everybody fled.

It was know and widespread
that, at school, nobody
would even be seen dead
with a girl so pesky.
So Jess was befriended
by her teachers only,
which didn't push ahead
her popularity.

But one night just after
a spelling bee she led,
she lived her worst nightmare
as she laid on her bed:
all of her brain matter
painfully expanded
and her head, what a scare,
suddenly exploded.

As she laid there and bled,
she felt deeply empty.
Not a thought (no more head)
and not one memory.
All her knowledge had fled.
Her science… history!
Oozing out in the red
and mucky brain jelly.

This new reality
she should of feared in dread
but, interestingly,
she kind of liked instead.
For ignorance, you see,
is bliss or so is said,
and Jess, she finally
became happy when dead.

7 Comments:

Blogger Joelle said...

Y'a Slave Labor Graphics du côté américain, qui a longtemps publié Lenore, the Cute Little Dead Girl, de Roman Dirge. Je sais pas si tu connais, Eric, mais c'est un peu dans ce ton-là. Parfois même franchement trash.
Je sais pas s'ils publieraient un "livre de poèmes" à proprement parler. Mais tu peux toujours essayer.

25.5.06  
Blogger Leif Tande said...

Ok. Merci de la suggestion. Je connais Lenore, je trouvais ça vraiment cool. Surtout la motte de poil vivante qui sort du fond du trou du bain... Alors, comme j'ai plus rien à perdre!

25.5.06  
Blogger Pierre-Andre Dery said...

"...choquant, de nos jours, rime souvent avec marketing"

Le constat est donc, que ce n'est PAS ASSEZ choquant, Leif.

26.5.06  
Blogger Leif Tande said...

Si tu continues, P-A, tu vas devenir le Confucius de la BD québécoise!

26.5.06  
Blogger Pierre-Andre Dery said...

Je suis déjà beaucoup trop de choses à la fois.

Book of "Raped+Mutilated+Dead Children" me semblerait beaucoup plus choquant. Par contre, faudrait ajouter "terrorist" ou "liberal" dans le titre si tu veux choquer les américains.

26.5.06  
Blogger Francis Hervieux said...

Si tu n'as pas peur des petits tirages, en attendant de pogner le jackpot éditorial, ça pourrait m'intéresser.

P.S. T'as reçu mon courriel pour les photos?

26.5.06  
Anonymous Bj said...

À mon avis c'est le poème qui fait
peur et les dessins pas assez.

28.5.06  

Publier un commentaire

<< Home